12 novembre 2015

Écrit par Arnaud Marcilly, Directeur Associé

Economie collaborative, menace ou opportunité ?

L’économie collaborative fait beaucoup parler d’elle au travers de nombreux combats médiatisés. Le phénomène est mondial, partout court la peur d’être « ubérisé ».

De quelle menace parle-t-on ?

 

Taxis contre VTC, Airbnb contre l’hôtellerie, … De plus en plus fréquents sont les contentieux qui opposent des secteurs traditionnels challengés par de nouveaux acteurs et de nouveaux modèles économiques. Les enjeux tournent la plupart du temps autour de la régulation de ces nouveaux acteurs et de questions autour de la fiscalité.

 

Ce n’est guère surprenant dans la mesure où la révolution digitale nous place dans une situation inédite. En effet, le digital est par définition immatériel. Les acteurs digitaux sont de nouveaux passes-murailles pour qui les frontières sont insensibles. Ils peuvent créer et réussir en s’affranchissant des règles et en narguant états régulateurs.

 

La rapidité avec laquelle ils agissent est peu compatible avec les réflexes hérités de l’économie pré-internet. D’autre part, la prime au leadership est totale. Celui qui saura développer le plus rapidement possible ses parts de marchés val les ériger sans discussion comme autant d’obstacles infranchissables pour ses consurrents

 

Economie concentrée, réapparition des monopoles, disparition des « champions nationaux », évaporation fiscale au profit d’acteurs non nationaux, chômage et secteurs dévastés, telles sont les menaces généralement attribuées au digital et à l’économie collaborative.

 

Où sont les opportunités ?

 

Face à un monde stable qui semble se déliter, il faut élargir notre horizon temporel. Jeremy Rifkin assimile l’économie collaborative à la troisième révolution industrielle. Bref, on semble face à un monde nouveau, porté par le digital. Et il n’est de nouveau monde qui ne bouscule le précédent sans savoir exactement quelle Société va accoucher de ce mouvement.

 

L’économie collaborative est condamnée à la réussite. En effet, BlaBla Car, Uber, AirBnB  ne sont que le reflet à succès de nouveaux modes de consommation qui s’installent. Et l’économie suit ces modes de consommation tout en les stimulant.

 

Aujourd’hui, on co-travaille, on co-construit, on co-investit. Ces nouveaux modèles sont porteurs d’une valeur qui reste à développer.

 

Il faut reconnaître les compléments de revenus ou d’activité qui se développent. Louer sa voiture à d’autres, son appartement sont aujourd’hui autant d’occasions de faire revenir les prestations de services d’hier dans le champ de l’économie légale.

 

De même, on peut saluer le développement de l’entreprenariat, stimulation de la liberté d’activité et du self-employment sont des tendances de fond dont le statut d’auto-entrepreneur, n’est qu’une matérialisation administrative.

 

Alors s’il existe un enjeu de régulation évident de l’économie collaborative, c’est avant tout pour la stimuler et permettre son développement tout en veillant attentivement aux conditions d’une saine et libre concurrence entre les acteurs.

 

 

 

 

 

Contact

Un projet ou une problématique sur lesquels Thinkmarket pourrait vous accompagner ? Une simple question ? Contactez-nous.

map